Healthcare Policy

Healthcare Policy 1(1) September 2005 : 8-17.doi:10.12927/hcpol..17560
In the Beginning

Journey to a Journal

Morris Barer

Abstract

A vision to create a forum for Canadian health services and policy research - tracing the origins of Healthcare Policy.
[To view the French version, please scroll down.]

It is impossible, and not at all important, to pinpoint the minute when the idea of a new Canadian health services/policy research journal first occurred to someone in the Canadian research or policy/management community. My memory of this goes back to the 1980s, when I first became acutely aware of the special challenges faced by Canadian researchers looking to get their work beyond grey literature and into peer-reviewed journals that would actually be seen by at least a few Canadians for whom the work might be relevant. Conversations in which I was involved about the idea of a journal date back at least to the early 1990s. Not that there were no places to publish our work. But the Canadian journals were either not in a position to accept very many papers (e.g., Canadian Medical Association Journal) or were quite specialized (e.g., Canadian Journal on Aging). The resulting frustration with the need to write largely for an international audience and, accordingly, to find the "local" hook (particularly with respect to American journals) grew throughout the 1990s, culminating in efforts to organize a meeting to discuss the matter as the decade was closing.

In April 2000, a meeting was convened in Toronto. This meeting was highly informal, with invitees determined by informal networks and conversations, a relatively open-ended agenda and only a partial record (of which I am aware) of who attended. But, thanks to the work of Alina Gildiner, there are notes from that meeting. I recall about 20 to 25 participants, a mix of researchers, publishers and decision-makers (from government). Participants represented both the health services and population health communities; at the time, the dominant vision was of a journal that would serve both communities, since they shared common frustrations and common interests in seeing additional outlets available for their work. While some of the time at that meeting was spent agonizing over the absence of a Canadian home for excellent Canadian research papers that would be of primary interest to a Canadian research, policy and management audience, attention was also given to what it might take to see additional publication opportunities born. Among the topics discussed were the structure, mission, scope and content for a journal, the possible composition of an editorial team and board, and how on earth one would find the funds to support such a journal.

Emphasis at that meeting was placed on the need for a forum for good applied work that would find an apt audience among Canadian policy makers and managers (Health Affairs and Canadian Public Policy were offered up as potential models, with the need to accept papers in both official languages also receiving emphasis). The absence of a quality peer-reviewed publication outlet dedicated to timely, applied work meant that Canadian policy debate often proceeded in innocence of an evidence base, even when relevant evidence existed. The "living next door to an elephant" problem was also noted. Not only did Canadian research need to be bent to make it relevant to a US audience to get published in American journals, but Canadian policy makers and managers are inundated by US-sourced health policy and management journals and magazines. This situation was seen to have an insidious influence on how those communities come to think about the art of the possible, and about what they consider to be in the "policy choice" set.

The notion of a journal as a communications centrepiece for a broad network or member-based association, that also holds conferences and publishes proceedings, commentaries by decision-makers and other documents, was tabled. One concrete suggestion was to create a journal structured in a way similar to Science, with commentaries and interpretations in addition to key research papers. The main questions were seen to be whether a) there was genuine commitment from enough readers, contributors, subscribers and other potential funders to make the project worth pursuing; b) it might be made into a first-class, perhaps unique, journal; and c) it could be financially viable for a publisher.

In retrospect, the most remarkable aspect of this meeting was the extent to which key parts of the vision that surfaced there can be found in what has emerged now, five years later. At the time of the meeting, the establishment of Canadian Institute of Health Research (CIHR) was imminent, and its scope was widely expected to embrace both health services/policy research and population health research, although the complement of institutes was not yet known. The implications of that significant change in the health research funding scene in Canada, and the potential facilitating role of CIHR in furthering the journal agenda, received some - though not a lot of - attention. One thing that was noted was that if health services and population health research were to be supported in a significant way by CIHR, this was likely to bring many more researchers into the fold, generating large numbers of new research papers with nowhere in Canada to call home.

The establishment of two CIHR institutes with mandates encompassing the breadth of interests represented at that April 2000 meeting provided momentum for continued discussion of, and due diligence around, the journal "file." One of the earliest initiatives by the Institute of Health Services and Policy Research (IHSPR) was to commission some market research. In early 2001, Pat Baranek, Terry Sullivan and Raisa Deber surveyed a sample of leading Canadian health services and population health researchers, policy makers and managers, conducted interviews with a number of potential publishers and other stakeholders and undertook some limited analyses of then-current publication avenues. Their report, completed in May 2001, provided the first systematic evidence on the key issues that had surfaced during the April 2000 meeting.

A majority of researcher respondents indicated occasional or frequent difficulty, and frustration, with finding an appropriate publication outlet for their work. Both researcher and decision-maker respondents indicated a need for a new journal that would target both audiences, and that would contain a mix of peer-reviewed research, policy commentaries, reviews, research syntheses, data/information updates and some theme-related issues, encompassing health policy, health services research, healthcare management and organization, population health and knowledge-translation research related to all these areas. Respondents estimated the likely size of the potential audience as 2,000 to 5,000 readers. A majority favoured publishing material in the language of submission, with bilingual abstracts and the inclusion of material relevant to Canadian healthcare or the health of Canadians, regardless of its country of origin. Importantly, researchers expressed a willingness to send new work, and to redirect work that is currently sent to other (even Canadian) venues, to a new journal.

In early 2002, the leadership of IHSPR and the Institute of Population and Public Health (IPPH) began some exploratory conversations with potential publishers. In the fall of that year, the two institutes held a joint advisory board meeting at which a key topic of conversation was "the journal." In subsequent discussions, it became clear that there was insufficient support among the IPPH advisory board members to continue exploring a journal that would serve both fields of inquiry. IPPH was already committed to supporting and strengthening the Canadian Journal of Public Health, a key publishing outlet for its community. Even among the IHSPR board members, support for a new journal was far from unanimous. However, as a result of extensive discussion at an early-2003 board meeting, the advisory board recommended more detailed field work. By this time, the advisory board had evolved into a collection of working groups, one of which - the Knowledge Translation Working Group (IAB-KTWG), ably chaired by Laurence Thompson - took this project under its wing. Pat Baranek was commissioned to undertake two pieces of work in 2003. The first involved a survey of a larger number of researchers and decision-makers to gauge interest in, and commitment to, additional publication outlets; the second involved the solicitation of expressions of interest, and cost estimates and publishing models, from potential publishers.

For those interested in the details, Baranek's first 2003 report is available from IHSPR (for a copy of the report please contact Kim Gaudreau at kgaudreau@cihr-irsc.gc.ca). In brief, 280 individuals randomly sampled from the databases of the IHSPR and the Canadian Health Economics Research Association were sent a survey, and a telephone interview was conducted with an additional 30 individuals randomly drawn from the IHSPR database. In addition to questions about the general interest in a new publication outlet, respondents were asked about their preferences from among five specific options:

  • an agreement with an existing Canadian journal to expand its acceptance rate of health services/policy research
  • a similar arrangement with an existing international journal
  • an annual supplement to an existing Canadian journal, dedicated to health services/policy research
  • a similar arrangement with an existing international journal
  • a new Canadian journal dedicated to health services/policy research.

Again, there was significant support for a new publishing outlet: 78% indicated that this was either necessary or somewhat necessary. Researcher respondents were more strongly supportive than were non-academic respondents, but even among the latter, a majority felt there was a need for a new outlet. Support was also stronger among junior and mid-career academics than among senior researchers. Slightly over one-half of respondents favoured a new stand-alone Canadian journal; the second most frequent choice (<20%) preferred an arrangement with an existing Canadian journal to expand its acceptance rate. Almost 90% of respondents expressed willingness to submit their best work in response to the new opportunity, subject to its being (or quickly becoming) a "quality publication."

In the second phase of her 2003 work (the results of which could not be made public because they included proprietary information provided by prospective publishing houses), Baranek contacted 14 publishers or potential journal owners to solicit interest in submitting a formal proposal for developing a new publication venue. Four proposals were received by the December 2003 deadline. The IAB-KTWG developed a set of evaluation criteria and then undertook a review of the four proposals against those predetermined criteria. This working group presented a recommendation to the full advisory board at its February 2004 meeting, which was accepted. Following this, discussions began between IHSPR staff and the recommended publishing house, Longwoods Publishing Corporation.

Discussions with Longwoods over the next six months focused on a variety of logistical and financial matters, including indexing, frequency of publication, electronic versus paper formats, sources of revenue, linkages with the Canadian Association for Health Services and Policy Research (CAHSPR), communication strategy and editorial team structure and composition. These discussions culminated in a significant financial commitment by IHSPR to the early years of the journal, and the release in September 2004 of the first official announcement regarding the new publication. This announcement (https://www.cihr-irsc.gc.ca/e/24637.html) served a number of purposes, including a call for nominations and suggestions regarding the editorial team, and an opportunity to be involved in naming the journal. A second communication, in January 2005 (https://www.cihr-irsc.gc.ca/e/25912.html) announced the journal's name, a call for submissions and introduction of the editorial team.

Since that time, the editorial team has been hard at work on the early issues of Healthcare Policy, and Longwoods has been engaged in discussions with CAHSPR and other potential partners. With this first issue, we are off and running. From here on, the history of this journal will be written by you, those who submit papers, those who review papers, those who make other contributions to its content and those who choose to include it among their "must reads" four times a year. This initiative has been a long time coming, but with this spectacular first issue, worth the wait. Enjoy the read.


L'histoire d'une revue

Il serait impossible, et même plutôt inutile, de se rappeler le moment exact où l'idée d'une nouvelle revue scientifique sur la recherche en services et en politiques de santé a germé dans la tête d'un chercheur ou d'un gestionnaire de la santé au Canada. Mes souvenirs à ce propos remontent aux années 80, lorsque j'ai pris profondément conscience des difficultés particulières auxquelles faisaient face les chercheurs canadiens désireux de sortir de la littérature grise pour publier dans des revues scientifiques évaluées par des pairs, et ainsi courir la chance de capter l'attention d'au moins quelques Canadiens intéressés par leurs travaux. Les premières conversations (du moins celles que j'ai eues) concernant une possible revue scientifique datent du début des années 90 au moins. Ce n'est pas qu'il n'existait pas d'endroit où publier, mais les revues canadiennes n'étaient pas en mesure d'accepter un grand nombre d'articles (p. ex. Journal de l'Association médicale canadienne) ou étaient trop spécialisées (p. ex. Revue canadienne du vieillissement). L' obligation d'écrire pour un lectorat en grande partie international et, par extension, de devoir y chercher des occasions « locales » (surtout dans le cas des revues américaines) a engendré une frustration qui a augmenté tout au long des années 90, jus qu' à un point culminant marqué par des efforts en vue d'organiser une réunion sur la question à la fin de la décennie.

Cette réunion a eu lieu à Toronto en avril 2000. Il s'agissait d'une rencontre très informelle, dont les invités avaient été choisis en raison de leur appartenance à des réseaux informels ou suite à des conversations, avec un ordre du jour relativement malléable et une liste incomplète (j'en suis conscient) des participants. Malgré tout, grâce à Alina Gildiner, il existe des notes sur cette réunion. Je me rappelle qu'il y avait autour de 20 à 25 participants, soit un mélange de chercheurs, d'éditeurs et de décideurs (du gouvernement). Les collectivités des services de santé et de la santé des populations y étaient toutes deux représentées. À l'époque, la majorité avait en tête une revue desservant les deux collectivités, étant donné leurs frustrations communes et leur même désir d'élargir leurs possibilités de publication. Bien que la réunion n'ait parfois servi qu' à déplorer l'absence d'un véhicule canadien pour la publication d'excellents articles de recherche canadiens pouvant grandement intéresser des chercheurs, des décideurs et des gestionnaires canadiens, les participants ont également réfléchi aux conditions qui pourraient favoriser l'apparition de nouvelles possibilités de publication. La structure, la mission, le champ d'intérêt et le contenu d'une éventuelle revue ont été discutés, tout comme la composition possible d'une équipe et d'un conseil de rédaction et les moyens de dénicher les fonds pour une telle entreprise.

L'accent a été mis sur le besoin d'un forum pour la diffusion de bons travaux de recherche appliquée, où les scientifiques trouveraient un auditoire intéressé parmi les décideurs et les gestionnaires canadiens (Health Affairs et Analyse de politique ont été offerts comme modèles possibles); la nécessité d'accepter des articles dans les deux langues officielles a également retenu l'attention. L'absence d'un véhicule de diffusion de qualité, soumis à une évaluation par les pairs et consacré à la recherche appliquée récente, fait en sorte que les débats d'orientation au Canada ont souvent lieu dans l'ignorance des données factuelles, même lorsque de telles données existent et sont pertinentes. On a aussi soulevé le problème de « l'éléphant américain qui habite juste à côté ». Outre le fait que notre recherche devait être orientée vers les intérêts des Américains pour être publiée dans les revues américaines, nos décideurs et nos gestionnaires canadiens étaient inondés de publications sur la politique et la gestion de la santé provenant des États-Unis. On a jugé que cette situation avait une influence insidieuse sur ce que nos décideurs et gestionnaires considèrent comme possible et pertinent.

On a également abordé le principe d'une publication jouant le rôle de carrefour des communications pour un vaste réseau ou une fédération, qui tient également des conférences et publie des actes, des commentaires de décideurs et d'autres documents. On a suggéré concrètement de créer une publication structurée d'après le modèle de Science, contenant des commentaires et interprétations en plus d'articles de recherche importants. Selon les participants, les principales questions à se poser étaient les suivantes : a) existe-t-il un engagement véritable de la part d'un nombre suffisant de lecteurs, de collaborateurs, d'abonnés et d'autres sources de financement potentielles pour qu'il vaille la peine de donner suite au projet? b) pourrait-on produire une publication de premier plan, voire unique en son genre? et c) une telle publication pourrait-elle s'avérer rentable pour un éditeur?

En rétrospective, l'aspect le plus remarquable de cette réunion réside dans le fait que des éléments importants de la vision exprimée alors sont sensiblement les mêmes qui reviennent aujourd'hui, cinq ans plus tard. Lorsque cette réunion a eu lieu, l'établissement des IRSC était imminent et on prévoyait que leur mandat engloberait la recherche sur les services/politiques de santé ainsi que la recherche sur la santé des populations, même si on ne savait pas encore quelles seraient les composantes des instituts. On a sous-estimé à l'époque les implications de cet important changement dans le financement de la recherche en santé au Canada, ainsi que le rôle de facilitateur que pourraient jouer les IRSC dans l'avancement de notre projet de publication. On avait seulement observé que si les IRSC devaient soutenir de façon significative la recherche sur les services de santé et la santé des populations, cela augmenterait le bassin de chercheurs, lesquels généreraient une grande quantité de nouveaux articles de recherche sans véhicule de diffusion au Canada.

L'établissement de deux instituts des IRSC dont le mandat couvrait l'ensemble des intérêts représentés à la réunion d'avril 2000 a relancé les discussions sur le projet de publication et a motivé ses promoteurs. L'une des premières initiatives de l'Institut des services et des politiques de la santé (ISPS) a été de commander une étude de marché. Au début de 2001, Pat Baranek, Terry Sullivan et Raisa Deber ont fait enquête auprès d'importants décideurs, gestionnaires et chercheurs en services de santé et en santé des populations, et ont interviewé un certain nombre d'éditeurs éventuels et d'autres intervenants, en plus d'entreprendre une analyse limitée des possibilités qui s'offraient alors en matière de publication. Leur rapport, terminé en mai 2001, a fourni les premières données factuelles systématiques sur les questions clés abordées à la réunion d'avril 2000.

La majorité des chercheurs ayant participé à l'enquête ont indiqué qu'ils éprouvaient, fréquemment ou à l'occasion, de la difficulté et de la frustration dans la recherche d'un véhicule de diffusion approprié pour leurs travaux. Les chercheurs et les décideurs ont exprimé l'opinion qu'il existait un besoin pour une nouvelle publication ciblant les deux groupes et comportant un amalgame de recherche évaluée par des pairs, des commentaires sur les grandes orientations, des critiques, des synthèses de recherche, des mises à jour de données/d'information et certaines questions thématiques; cette publication devrait traiter de la politique de la santé, de la recherche sur les services de santé, de la gestion et de l'organisation des soins de santé, de la santé des populations et de la recherche sur l'application des connaissances dans tous ces domaines. Les répondants à l'enquête ont estimé que le lectorat potentiel se situait quelque part entre 2 500 et 5 000 lecteurs. Une majorité a préconisé la publication des articles dans leur langue originale avec des résumés bilingues et l'inclusion d'information pertinente à l'égard des soins de santé au Canada ou de la santé des Canadiens, quel que soit le pays d'origine de cette information. Il est à noter que les chercheurs ont exprimé leur volonté d'envoyer de nouveaux articles, ou de rediriger des articles actuellement envoyés ailleurs (même à l'intérieur du Canada) vers la nouvelle publication.

Au début de 2002, la direction de l'ISPS et de l'Institut de la santé publique et des populations (ISPP) a commencé à sonder le terrain auprès d'éditeurs potentiels. Durant l'automne de la même année, les deux instituts ont tenu une séance conjointe de leurs conseils consultatifs au cours de laquelle « la publication » a figuré parmi les principaux points à l'ordre du jour. Au cours des discussions qui ont suivi, il est devenu évident que l'appui des membres du conseil consultatif de l'ISPP n'était pas suffisant pour continuer d'explorer la possibilité d'une publication qui couvrirait les deux champs de recherche. L'ISPP s 'était déjà engagé à soutenir et à consolider La revue canadienne de santé publique, un véhicule de diffusion clé pour sa collectivité. Même parmi les membres du conseil de l'ISPS, la nouvelle publication était loin de faire l'unanimité. Cependant, au début de 2003, à la suite de discussions plus approfondies à une réunion du conseil, ce dernier a recommandé l'exécution de travaux plus détaillés sur le terrain. À l'époque, le conseil consultatif s'était scindé en plusieurs groupes de travail, dont le Groupe de travail sur l'application des connaissances, habilement présidé par Laurence Thompson, qui a pris le projet sous son aile. Pat Baranek a été chargée de deux missions en 2003. La première était de mener une enquête auprès d'un nombre important de chercheurs et de décideurs afin de mesurer leur intérêt à l'égard de nouveaux véhicules de diffusion et leur engagement à soutenir un tel projet; sa deuxième mission consistait en une demande de manifestation d'intérêt, avec modèles de publications et indication des coûts estimatifs, auprès d'éditeurs potentiels.

Ceux qui désirent plus de détails peuvent s' adresser à l'ISPS pour obtenir une copie du premier rapport de 2003 de P. Baranek (s.v.p. envoyer votre demande à Kim Gaudreau, adresse courriel : kgaudreau@cihr-irsc.gc.ca ). En bref, des questionnaires ont été envoyés à 280 personnes choisies au hasard à partir des bases de données de l'ISPS et de l'Association canadienne pour la recherche en économie de la santé, et des entrevues téléphoniques ont été effectuées auprès de 30 personnes également choisies au hasard dans la base de données de l'ISPS. En plus des questions visant à mesurer leur intérêt général à l'égard d'une nouvelle publication, on a demandé aux répondants quelle était leur option préférée parmi les cinq options suivantes:

  • entente avec une revue canadienne en vue de faire accepter davantage d'articles sur la recherche dans le domaine des services et des politiques de santé;
  • entente similaire avec une revue internationale;
  • publication d'un supplément annuel sur les services et politiques de santé dans une revue canadienne existante;
  • publication d'un supplément annuel semblable dans une revue internationale;
  • publication d'une nouvelle revue canadienne vouée à la recherche sur les services et politiques de santé.

Encore une fois, la publication d'une nouvelle revue a été fortement appuyée : 78 % des répondants ont indiqué que cela était nécessaire ou plutôt nécessaire. Les chercheurs étaient plus fortement en faveur que les répondants hors du milieu universitaire, mais même parmi cette dernière catégorie, une majorité des répondants ont indiqué qu'une nouvelle revue était une nécessité. Le soutien a aussi été plus marqué parmi les universitaires en début de carrière ou à mi-carrière que parmi les chercheurs chevronnés. Un peu plus de la moitié des répondants ont dit préférer une nouvelle publication canadienne indépendante; la deuxième option la plus populaire (<20 %) était l'arrangement avec une publication canadienne pour faire accepter plus d'articles. Près de 90 % des répondants ont exprimé leur intention de soumettre leurs meilleurs travaux pour publication dans la nouvelle revue, pourvu que celle-ci soit (ou devienne rapidement) une « publication de qualité ».

Dans la seconde étape de ses travaux de 2003 (dont les résultats n'ont pu être rendus publics parce qu'ils incluaient des renseignements exclusifs fournis par des maisons d'édition éventuelles), P. Baranek a pris contact avec 14 maisons d'édition ou propriétaires de revue potentiels afin de solliciter des manifestations d'intérêt pour l'élaboration d'un projet officiel de nouvelle publication. Quatre projets ont été soumis dans le délai fixé à décembre 2003. Les quatre projets ont été évalués sur la base de critères d'évaluation prédéterminés. À la réunion du conseil consultatif de février 2004, le groupe de travail a soumis une recommandation qui a été acceptée. Par la suite, des discussions ont été amorcées entre le personnel de l'ISPS et la maison d'édition recommandée, Longwoods Publishing Corporation.

Au cours des six mois qui ont suivi, des discussions ont eu lieu avec Longwoods sur diverses questions logistiques et financières, y compris l'indexage, la fréquence de publication, le format (électronique ou papier), les sources de revenus, les rapports avec l'Association canadienne pour la recherche sur les services et les politiques de la santé (ACRSPS), la stratégie de communication de même que la structure et la composition du comité de rédaction. Ces discussions ont mené à un engagement financier important de l'ISPS à l'égard de la nouvelle publication durant ses premières années, ainsi que sur la première annonce officielle relative à la nouvelle publication en septembre 2004. Cette annonce (https://www.cihr-irsc.gc.ca/f/24637.html) a servi à plusieurs fins, notamment au lancement d'un appel de candidatures et de suggestions pour le nouveau comité de rédaction ainsi qu' à une invitation à participer à la recherche d'un titre pour la nouvelle revue. Dans une autre communication (https://www.cihr-irsc.gc.ca/f/25912.html), en janvier 2005, on a annoncé le titre de la nouvelle publication, en plus de lancer une invitation à soumettre des articles et de présenter les membres du nouveau comité de rédaction.

Depuis ce temps, le comité de rédaction a travaillé fort à la production des premiers numéros de Politique de santé, et Longwoods a été invité à participer à des discussions avec l'ACRSPS et d'autres partenaires potentiels. Notre premier numéro a été notre rampe de lancement. À partir de maintenant, l'histoire de cette publication appartient à ceux qui soumettront et évalueront les articles, à ceux qui contribueront au contenu de la revue et à ceux qui la liront fidèlement quatre fois par année. Nous attendons depuis longtemps l'aboutissement de ce projet, mais ce premier numéro spectaculaire prouve que l'attente n' a pas été vaine. Bonne lecture.

About the Author(s)

Morris Barer, PHD
Scientific Director, Institute of Health Services and Policy Research
Canadian Institutes of Health Research
Ottawa, ON

Directeur scientifique
Institut des services et des politiques de la santé
Instituts de recherche en santé du Canada
Ottawa (Ontario)

Comments

Be the first to comment on this!

Note: Please enter a display name. Your email address will not be publically displayed